Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur nos écoles. Et on sait que vous n’osez pas toujours le demander. ;-)

 N’est-ce pas trop dur de s’adapter si on quitte une école Montessori ?

Comment nous le disions, notre objectif n’est pas de perfuser les enfants à la pédagogie Montessori. Si nous prônons des valeurs comme l’autonomie, la responsabilité et la confiance en soi, ce n’est pas pour que nos élèves vivent dans un bocal. Au contraire. Alors bien sûr, comme nos écoles sont des vrais lieux de vie et de joie, c’est toujours un peu triste de partir, mais nous connaissons les aléas de la vie…

Si cela arrive, voici ce qu’il faut savoir :

1 – Nos élèves sont responsables et ont confiance en eux, ils se débrouillent donc assez facilement quel que soit l’environnement.

2 – Ils ont été habitués à changer d’espace et d’enseignant entre l’anglais et le français, ils sont donc plus adaptables que des enfants qui n’auraient connu qu’un univers.

3 – Ils ont un bon niveau, dans les matières scolaires, mais aussi en anglais et à l’oral, et surtout, on respecte le programme scolaire. Dès lors, ils sont assez à l’aise.

 

Qu’est-ce qu’on fait après une école Montessori ?

On crée Google ! Trêve de plaisanterie, on ne fait pas plus, pas moins, que dans n’importe quel système éducatif. Simplement, c’est vrai, de très nombreux enfants montessoriens deviennent chef d’entreprise, sans doute parce que la confiance en soi permet d’aller vers son risque et de croire en son destin.

 

Comment rejoindre le public après avoir été en école Montessori ?

Tout simplement en s’inscrivant ! Après 12 ans, un test sera passé par les enfants pour rentrer dans les écoles privées.

 

Comment recrutez-vous les équipes ?

Nous ne croyons pas à CV, mais plutôt à un parcours. Etre éducateur est la plus haute des responsabilités. Il faut à la fois aimer les enfants, connaitre les programmes, être formé à la pédagogie, mais aussi être en mesure d’avoir une forte vision éducative. Ce n’est pas un métier de hasard, ni de fantasme. Certaines personnes de nos équipes sont des enseignants ayant quitté le système classique, d’autres sont des individus qui se sont reconvertis et qui ont fait de l’éducation une absolue nécessité, d’autres viennent de notre formation qualifiante. Quoiqu’il en soit, toutes passent par notre organisme de formation et bénéficie d’un accompagnement très solide tout au long de leur parcours.

 

Comment se passe le déjeuner du midi ?

C’est une lunch-box. C’est-à-dire que les enfants arrivent avec leur déjeuner. Nous disposons de frigo et de fours dans toutes les écoles. D’abord cela est plus pratique pour des raisons logistiques et en termes d’hygiène, ensuite nous sommes très respectueux des régimes alimentaires de chacun. Une pédagogie individualisée, c’est aussi laisser tous les enfants libres de leurs repas. Mais rassurez-vous, nous envoyons des idées de lunch boxes !

 

Vous laissez tout faire aux enfants ?

Nous leur laissons surtout la possibilité d’être heureux. Et être heureux, ce n’est pas faire n’importe quoi. Bien entendu, il est primordial de respecter l’un des principes de Maria Montessori qui est la « liberté dans un cadre ». Ce cadre est celui d’un environnement préparé, structuré par des routines et des règles, du respect absolu des autres, et de la non-violence. Ces impératifs permettent de respecter l’écosystème qu’une école.

 

Quels sont les modes d’évaluations ?

Dans un système montessorien, l’évaluation n’est pas chiffrée. En revanche, le suivi des élèves est rigoureux. L’équipe éducative présente du matériel aux enfants, et note au fur et à mesure de l’année, si celui est acquis ou non. Vous recevez chaque trimestre un bilan de compétences. En outre, des rendez-vous individuels offrent l’occasion de faire le point sur les avancées.

 

Ça existe la punition en Montessori ?

Si un enfant fait quelque chose de répréhensible, c’est parce qu’il exprime une émotion : colère, frustration, jalousie, panique, incompréhension… Plutôt que de « punir » et donc de le stigmatiser, il est essentiel de comprendre. Que se passe-t-il ? Cartes des émotions et des besoins, médiations avec l’enfant ou avec les parents, nombreux sont les outils qui aident à prendre en charge les émotions de l’enfant et à les écouter, pour mieux les dépasser.

 

Vous prenez des enfants « différents » ?

Tous les enfants sont différents, c’est ce qui donne de la richesse à notre métier. Certains ont juste des besoins spécifiques. Accueillir des enfants en situation de handicap, avec un accompagnant formé à la pédagogie, est une fierté et un précieux symbole de diversité. Nous le faisons à raison d’un enfant par classe.

 

Et si un enfant ne veut pas travailler ?

C’est que l’équipe n’a pas présenté le matériel adéquat ! En Montessori, c’est à l’éducateur d’être un fin observateur et de cerner les périodes sensibles et les intérêts de l’enfant. Mais quoiqu’il en soit, ce type de situation arrive rarement, car le matériel, aussi bien que le mélange des âges et la stimulation des ainés, donnent envie de toujours progresser.

 

Et si les enfants ne comprennent rien en anglais ?  

Les enfants s’adaptent bien plus que les adultes ! Le principe de l’immersion est précisément de plonger l’enfant dans un environnement où il va absorber les informations. Si au début, c’est parfois un peu surprenant, très vite, les enfants parviennent à comprendre et se faire comprendre. En cas de panique, notre équipe éducative peut aussi rassurer en utilisant quelques mots de français.

 

Un ghetto de riches ?

Les établissements Montessori sont souvent critiqués pour leur coût financier et donc leur manque de mixité sociale. Il est évident que comme nous ne bénéficions d’aucune subvention, nos scolarités ont un prix qui n’est pas accessible à tout le monde. Pour autant, la mixité sociale est plus présente que la caricature le laisse penser. C’est un investissement d’avenir que des familles décident de faire. En outre, nous avons un dispositif destiné aux enfants boursiers et les ateliers sont ouverts à tous.

 

J’ai lu de mauvais avis sur vos écoles, comment ça se fait ?

Et oui, on ne peut pas plaire à tout le monde ! L’éducation est un domaine très sensible, où souvent les projections, les fantasmes, les exigences se confrontent à des principes de réalités. Il est impératif d’être conscient du choix que l’on fait et que les valeurs soient partagées : empathie, écoute, non-violence, attention portée à l’enfant… Si ses valeurs ne sont pas alignées entre l’école et la maison, nous devons effectivement signifier aux familles que nous ne continuons pas avec elles, ce qui souvent, n’est pas toujours bien perçu. Nous nous devons d’être des partenaires au service d’un même but : le bien-être de vos enfants.

 

C’est quoi votre différence avec l’AMI ?

L’AMI est un organisme de formation. Il n’est pas plus officiel que le nôtre car Maria Montessori à précisément souhaité ne pas déposer sa méthode pour en permettre l’évolution. L’AMI est donc une très bonne formation théorique, mais ni une référence, ni un passage obligé. L’AMI, contrairement à nous, ne dispose pas d’écoles. Or, ce que nous nous privilégions, c’est justement l’apport de l’expérience. Les enfants bousculent souvent nos théories et c’est tant mieux !

 

Et c’est pour quand le collège ?

Dès que les enfants auront l’âge d’y rentrer ! L’idée effectivement est de toujours grandir avec nos élèves. Nous voulons assurer un suivi de leur scolarité mais pour cela, il faut prendre le temps de les accompagner et non d’ouvrir une structure qui n’aurait pas eu le temps de se constituer un socle d’enfants montessoriens.

 

Comment recrutez-vous les familles ?

Nous sommes très exigeants, comme nous le disions, sur le partage d’un même état d’esprit. Nous connaissons bien notre métier et il est impératif pour nous que la confiance soit partagée et les valeurs alignées : empathie, ouverture d’esprit, bienveillance, respect de l’autre…etc. La demande d’inscription doit être motivé et les enfants doivent percevoir l’alignement entre la maison et l’école.


All you ever wanted to know about our schools. Because we know you do not always dare to ask ;)

Is it not a little hard to adapt once you leave a Montessori school ?

As we were saying, our goal is not to infuse children the Montessori pedagogy. If we preach values such as autonomy, responsibility and self-confidence, it is not to make our students live in a bubble. Quite the contrary, actually. Of course, as our schools are real places of life and joy, it is always a little tough to leave, but we do know they are variations in life...

If such a thing happens, here is what you need to know :

1 – Our students are responsible and self-confident, they therefore fend for themselves regardless of what environment they are in. 

2 – They are used to changing of both spaces and teachers between French and English, so they are more adaptable than children who have only ever known one world.

3 – Their scholar and oral levels are good, especially in English. Since we do respect the program, they are at ease doing the exercises.

What can be done after a Montessori school ?

You can launch Google ! Joking aside, you do not do any more or less than in any other educational system. Actually, it is true many Montessori kids turn out to be company leaders, probably because self- confidence makes it possible for oneself to face challenges and to believe in one self’s destiny.

 

How to come back to public school after a Montessori school ?

Simply by signing up ! After 12...

 

How do you hire your teams ?

We do not believe in CV's, but in paths. To be educator is the biggest responsibility. It requires to love children, to know the programs, to be trained to pedagogy as well as to have a strong vision of education. It is not a job of hazard nor fantasy. Some people in our teams are teachers from the ''classical system'', some are individuals who turned to education late, making it their absolute priority, and others joined our qualifying courses. Whatever the case is, everyone has to go through our training institution and our teams benefit from a very strong support throughout their career path.

What is lunchtime like ?

Lunch boxes, meaning children come to school with their lunch packed. Furthermore there are fridges and ovens in each school. Firstly, we believe it to be more practical for both logistical and sanitary reasons, then because we wish to respect every diet there may be. Individualized pedagogy is also for children to be free of choosing their own meals. No worries, we do share lunch boxes ideas on a regular basis !

 

Do you really let children do anything ?

We especially let them the possibility to be happy. In fact, being happy is not doing absolutely anything. Of course, it is primordial to respect one of Maria Montessori principles : ''Freedom within a setting.'' This setting is one of a prepared environment, structured by routines and rules such as an absolute respect for other beings and non-violence. Respecting these imperatives are essential so that the school can remain an ecosystem.

What is the evaluation system ?

In a Montessori system, the assessment is not quantitative. However, the children follow-up is rigorous. Education teams show materials to pupils and progressively record what has been acquired or not during the year. Furthermore, as parents you will receive a skills assessment each term, although individual meetings are the best way to have an update on the progresses made by your children.

What about punishment in the Montessori world ?

If children do something wrongful, it is because they express emotions : anger, frustration, jealousy, panic, misunderstanding... Instead of simply ''punishing'' and therefore branding them, it is essential to understand what is happening. Emotion and needs cards, mediations with the kids or the parents, there are many tools to help us take children's emotions over, in order to hear them and to outrun them better.

 

Do you accept ''different'' children ?

Every child is different, it is what makes the richness of our profession. Some simply have specific needs. Welcoming children with disabilities, with a trained educator, is both an honor and a precious symbol of diversity. We do it in the limitation of one per class.

 

What if a child does not want to work ?

It means the team did not introduce the appropriate materials to them ! In the Montessori world, educators are to carefully observe and pin down the sensitive phases as well as the interests of all children. In any case, this situation rarely happens as materials as well as the mix of ages and the stimulation from the older ones always give children a great envy to progress.

 

What if children do not know anything about English  ?

They adapt way more easily than adults ! The idea of immersion is precisely to put them in an environment where they will absorb information. If it may be a little destabilizing at first, children then manage to understand as well as to make themselves understood very quickly. In the case of real panic, our educational teams can always reassure them by using a few words in French.

A ghetto for rich people ?

Montessori institutions are often criticized because of their financial cost and therefore their lack of social diversity. Since we do not receive any financial support, it seems logical the prices of our scholarships may not be accessible to everyone. However, social diversity is more existent than what the caricature suggests. It is a real investment regarding the future that some families choose. Actually, we do have a special arrangement for scholarship holders, and workshops are open to everyone.

 

I have read some bad reviews about your schools, how do you explain that ?

You cannot please everybody ! Education is an extremely sensitive field, where projections, fantasies as well as expectations have to face rules of reality. It is essential to be conscious of your choice, and that our values are effectively shared : empathy, non-violence, attention paid to children... If these values are not the same at home and at school, it is our duty to inform the families we will not go on with them, and often, this is perceived rather badly. We must above all be partners aiming at the same goal : the well-being of your children.

 

What is the difference between you and the IMA ?

The IMA is a training institution. It is not more official than ours because Maria Montessori precisely decided not to register her method to allow its evolution. The AMI is therefore a very good theoretical training, but is neither a reference nor an essential phase. The AMI, unlike us, does not have schools. What we prioritize is actually the inflow of experience. Children often shake our theories up and that is for the best !

When is it time for high school ?

As soon as your kids are old enough to register ! The idea is of course to grow with our students. We wish to follow-up on their scholarship, and to make that happen we have to focus on supporting them, not to create a structure with no strong base of Montessori children.

 

How do you recruit families ?

As we said, we are very demanding about having the same state of mind. We know our profession well, and it is rather compulsory trust must be shared and values lined up : empathy, open-mind, respect of others, etc. The registering demand must show true motivation and children must understand there is a real lining up between home and school.